Vert DEMAIN : les impacts de la transition verte sur la main-d’œuvre

  1. Accueil
  2. Blogue
  3. Vert DEMAIN : les impacts de la transition verte sur la main-d’œuvre

Dans un contexte de relance économique post-COVID-19, la transition verte et le besoin de démocratiser les pratiques durables apparaissent désormais essentiels dans le développement d’industries écoresponsables et d’une main-d’œuvre verte qualifiée. C’est dans ce prisme que se déroula mercredi 13 octobre dernier Vert Demain, la grande rencontre sur la transition verte*, les changements climatiques et leurs impacts sur l’emploi et la formation de la main-d’œuvre en environnement. Organisée par le Comité sectoriel de la main-d’œuvre Envirocompétences dont Atout Recrutement est fièrement partenaire, cette rencontre fut l’opportunité de traiter des besoins actuels relatifs à la formation de la main-d’œuvre , ainsi que l’occasion pour le gouvernement provincial de réaffirmer le rôle important qu’il accorde à la transition verte et le besoin de créer des emplois verts. Dans ce blogue, Atout Recrutement vous propose un retour sur cet important évènement, de même qu’un exposé des principales annonces faites par le gouvernement du Québec et les grandes questions qui ont été débattues.

Retour sur la rencontre

Réunissant plus de 200 acteurs socio-économiques québécois parmi lesquels des entreprises, des associations, des comités sectoriels, des centrales syndicales ou encore des organismes en employabilité, les discussions ont porté sur l’avenir des emplois verts ainsi que le développement des compétences de la main-d’œuvre notamment en ce qui a trait à l’attractivité et la disponibilité des programmes de formation. Confirmant la volonté des autorités provinciales d’inscrire la relance économique dans le cadre de la transition écologique, plusieurs membres du gouvernement ont participé à la rencontre et aux discussions et ont fait part de leur détermination à positionner le Québec en tant que leader de la transition verte au Canada.

Ainsi, Jean Boulet, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Mauricie, exprima sa satisfaction vis-à-vis de la tenue d’un évènement de l’importance de Vert Demain au Québec :

 La Rencontre VERT DEMAIN tombe à point. L’économie verte est en pleine croissance. Le nombre d’emplois de même que l’évolution des compétences associées à la transition écologique sont et seront de plus en plus importants. En élaborant un diagnostic des emplois et compétences nécessaires à la transition verte, nous contribuons à réaliser nos objectifs environnementaux. Le Québec doit poursuivre son développement d’une expertise de pointe en adéquation avec les besoins de la transition verte pour maintenir sa position favorable dans ces secteurs d’avenir.

Par ailleurs, Benoît Charrette, ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, ministre responsable de la Lutte contre le racisme et ministre responsable de la région de Laval, a également souligné l’impact positif du développement d’une main-d’œuvre verte qualifiée :

[…] Tant ici au Québec qu’à travers le monde, la main-d’œuvre est appelée à jouer un rôle important pour aider nos sociétés à progresser dans la transition écologique et climatique. C’est pourquoi le développement des compétences et la formation font partie intégrante de notre Stratégie gouvernementale de développement durable et du Plan pour une économie verte 2030.

Quelques thèmes et questions d’atelier

Deux grands ateliers ont eu lieu durant Vert Demain. Le premier porta sur l’anticipation des besoins en main-d’œuvre et l’engagement des parties prenantes; le second porta plus précisément sur la formation de la main-d’œuvre et les programmes d’études disponibles à ce jour. De ces deux ateliers ressortent plusieurs tendances et plusieurs questionnements auxquels les participants ont tenté d’apporter des réponses.

En premier lieu, un constat a fait l’objet d’un consensus : la transition verte est en train de transformer en profondeur le marché du travail au Québec, faisant naître de nouveaux besoins en compétences et en connaissances techniques propres à chacun des grands sous-secteurs de l’environnement. Il apparaît alors pertinent de créer un « cadre de référence » regroupant tous les besoins actuels, qui sera destiné aux entreprises, aux institutions et à la main-d’œuvre afin que toutes s’adaptent à la réalité et aux enjeux actuels.

Par ailleurs, dans le même sens, la formation d’une main-d’œuvre hautement qualifiée et disponible est désormais indispensable si la province souhaite atteindre ses objectifs de transformation de l’économie québécoise en une économie verte. Toutefois, il existe aujourd’hui au Québec un sérieux manque de programmes de formation adaptés aux besoins de plus en plus grands du marché du travail en termes d’emplois en environnement. Il est donc nécessaire de multiplier les programmes de formation que ce soit au niveau collégial ou universitaire, de même qu’effectuer un travail de sensibilisation sur les questions environnementales auprès des jeunes notamment, afin d’accroître l’attractivité et la popularité de ces programmes d’études et pallier le manque de main-d’œuvre dans plusieurs sous-secteurs de l’environnement.

De ce fait, le développement de programmes tels que les Programmes d’apprentissages en milieu de travail (PAMT) et le Programme de formation de courte durée (COUD) – tous deux offerts par Envirocompétences – constitue alors une première réponse efficace aux problématiques discutées plus haut.

* : L’Institut de la Statistique du Québec (ISQ) définit la « croissance verte » ou la « croissance propre » comme « un état de transition progressive vers l’économie verte, qui, elle, représenterait un état de transition vers le développement durable ». La « transition verte » renvoie quant à elle au processus qui mène à cette nouvelle économie. Elle cherche à transformer les modes de production et de consommation des différents secteurs, notamment par la circularisation de l’économie, pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre (GES) et leurs impacts environnementaux, et ainsi créer des modèles économiques plus durables sur le plan écologique et social.

Sources :

– Communiqué de presse du gouvernement du Québec en date du 13 octobre 2021.
– Grande rencontre Vert Demain : Thèmes, questions et contexte (Envirocompétences).
– Rapport exploratoire sur la transition verte, les changements climatiques et leurs impacts sur l’emploi et la formation de la main-d’œuvre (Envirocompétences).

Menu