Le métier de conseiller en décarbonation

  1. Accueil
  2. Blogue
  3. Le métier de conseiller en décarbonation

Note : l’emploi du masculin a pour but d’alléger le texte 

Savez-vous ce que signifie le terme décarbonation? Vous l’avez certainement entendu ces derniers mois, tant l’actualité liée à la crise climatique nous pousse à réduire nos émissions de gaz à effet de serre. En effet, un processus de décarbonation consiste à limiter au maximum ou tout simplement éliminer toute source d’émissions de GES, que ce soit dans un lieu géographique, en entreprise ou encore pour des activités que l’on mène au quotidien. Le but du processus de décarbonation est d’atténuer notre empreinte carbone. De nos jours, il existe des professionnels dédiés à cela, c’est-à-dire à assainir nos pratiques, notre milieu de travail et nos procédés afin de les rendre écoresponsables : ce sont les conseillers en décarbonation. Vous verrez, tout au long de ce blogue, quelles sont les prérogatives des conseillers en décarbonation… cela pourrait éveiller une vocation en vous! 

Être conseiller en décarbonation, qu’est-ce que cela signifie? 

De manière concrète, la décarbonation consiste à améliorer les pratiques en place et optimiser les procédés futurs afin de tendre vers la neutralité carbone. Cela signifie notamment réduire au maximum toute source de pollution, optimiser la consommation d’énergie ou encore s’approvisionner en matériaux durables et biodégradables.  

Cette réflexion et ce travail profond de changement est ce qui rythme le quotidien d’un conseiller en décarbonation. En effet, son travail consiste à : 

  • Assurer un support aux entreprises dans leurs démarches d’écoresponsabilité. 
  • Diriger et soutenir la réalisation de projets pour les clients, dans un rôle de conseil aux entreprises sur l’évaluation de leurs émissions de gaz à effet de serre (Scope 1, 2 et 3), en fixant des objectifs carboneutres et basés sur la science, en identifiant des scénarios de réduction des gaz à effet de serre, et en élaborant et en mettant en œuvre des plans d’action. 
  • Analyser le marché de l’énergie et fournir des recommandations appropriées. 
  • Réaliser une veille réglementaire, scientifique et stratégique en environnement. 
  • Rédiger des documents techniques et des rapports d’information traitant des enjeux environnementaux et de la lutte contre les changements climatiques. 
  • Agir comme expert en matière de climat et d’ESG (environnement, social et gouvernance) – en étant actif dans les communautés académiques, scientifiques et professionnelles par le biais de présentations et de participations à des séminaires, conférences et symposiums. 

Compétences requises et perspectives d’avenir 

La liste des tâches énumérée précédemment nous démontre que le conseiller en décarbonation se doit d’être quelqu’un d’expérience, dont l’expertise constitue une ressource pour toute entreprise ou tout organisme qui désire tendre vers l’écoresponsabilité. En effet, celui doit avoir : 

  • Une expérience en stratégies de décarbonisation ; 
  • Une expérience technique dans l’industrie du climat et du carbone de niveau intermédiaire à avancé (5 ans et+) sur une variété de mandats liés aux changements climatiques ; 
  • Une expertise en efficacité énergétique / gestion des GES ; y compris une compréhension technique approfondie des mécanismes et technologies de décarbonisation. 
  • Une expérience directe/concrète des normes de comptabilisation des GES (telles que le GHG Protocol, ISO 14064), et de la réalisation d’inventaires de GES et d’analyse du cycle de vie (ACV) ; une expérience des bases de données d’ACV (telles que GaBi et ecoinvent) sera considérée comme un atout ; 
  • Une expérience en matière d’initiatives de réduction des émissions de GES, et de stratégies de décarbonisation et de l’analyse coûts/avantages associée. 

En plus de ces expériences et de l’expertise demandée, les conseillers en décarbonation doivent effectuer des études supérieures en ingénierie, en environnement ou dans tout domaine pertinent, et doivent obtenir une autorisation de sécurité du gouvernement fédéral. 

La décarbonation fait d’ailleurs partie des priorités des prochaines années pour le gouvernement du Québec, avec un investissement annoncé le 25 mai dernier de 1,2 milliards $, destiné à développer l’hydrogène vert et les bioénergies au Québec, qui permettront à terme à la province de réaliser ses objectifs en matière de décarbonation de l’économie.  

Cela créera assurément de nombreux postes d’emplois pour ces professionnels, dont l’expertise sera en forte demande à l’avenir. 

Ce métier vous inspire? 

Vous souhaitez, vous aussi, participer au travers de votre métier à la construction d’une société plus respectueuse de l’environnement ? Atout Recrutement est là pour vous!   

Pour plus d’informations, rendez-vous sur notre page emplois: https://www.atoutrecrutement.com/recherche-emploi/ 

Sources : 

Menu